A la rentrée, on intègre une association étudiante

Vous savez quelle université ou école vous allez intégrer en septembre… Vous avez certainement reçu une documentation conséquente ou plus simplement vous avez mené vos propres recherches sur le net.

Et vous avez donc découvert que votre ville universitaire fourmille d’associations étudiantes en tous genres. Elles sont l’occasion de se regrouper entre étudiants autour d’un projet ou de valeurs communes.

Vous avez bien l’intention d’intégrer l’une de ces associations étudiantes.

🤝 Vous préparez un évènement au sein d'une association étudiante, d'un établissement pour la rentrée ou plus tard ? N'hésitez pas à nous contacter à smerra@uitsem.com ! Nous serons heureux de pouvoir vous accompagner avec notre matériel en prévention et promotion de la santé.

Une association étudiante, oui mais laquelle ?

Et là, vous n’avez que l’embarras du choix ! Quelle association aura vos faveurs ? Tout dépend en réalité de vos hobbies, de vos envies et de vos objectifs. Dans son « Guide de l’étudiant-e engagé-e », l’Université de Strasbourg distingue :

• Les associations filiéristes, qui regroupent des étudiants d’une même filière ou d’un même cursus
• Les associations transverses, qui rassemblent les étudiants autour d’une activité ou d’un projet commun, que celui-ci soit sportif, culturel, humanitaire…
• Les fédérations d’associations, regroupement de plusieurs associations

De votre côté, vous pouvez avoir envie de pratiquer un sport, de faire du théâtre ou bien vous vous sentez l’âme d’un organisateur d’événements. Autre possibilité, vous avez la volonté de vous engager pour la défense des étudiants, de mener la lutte contre la précarité ou les discriminations. Vous choisirez alors une organisation plus politique, de type syndicat étudiant, qui a également un statut associatif.

En somme, si tous les goûts sont dans la nature, toutes les associations (ou presque) sont aussi sur le campus. Dans les universités, elles sont généralement rassemblées au sein du BDE – Bureau des élèves, qui les représente au conseil d’administration.

Un fonctionnement similaire pour toutes les associations

 

Outre leur diversité, la particularité des associations étudiantes est qu’elles sont exclusivement composées… d’étudiants. Pour le reste, elles fonctionnent toutes selon les mêmes principes et sont régies par un statut associatif qui remonte au tout début du XXe siècle. C’est en effet la loi du 1er juillet 1901 (toujours en vigueur !) qui a promulgué le droit d’association et considéré ce droit comme un « contrat » entre plusieurs personnes agissant de manière collective. Ce statut couvre tous les champs possibles, hormis le cas des associations cultuelles : l’exercice des cultes est encadré par la loi du 9 décembre 1905.

Une association étudiante est donc généralement une association loi 1901, résumée dans l’article 1 de la loi, « une convention en vertu de laquelle au moins deux personnes partagent leurs connaissances et/ou leur savoir-faire dans un but autre que le partage des bénéfices ». Vous l’aurez compris, il s’agit d’abord de distinguer une association d’une entreprise, la première n’ayant pas de but lucratif.

Cela signifie concrètement que toutes les recettes de l’association (cotisations, ventes, organisation d’événements…) sont réinjectées dans son fonctionnement ou dans ses équipements et ne servent en aucun cas à garnir les poches de ses membres.

 

Les associations de fait

 

On peut cependant distinguer différents types d’associations. En particulier dans le milieu étudiant, il existe des associations de fait et des associations déclarées. Les premières n’ont pour ainsi dire pas d’existence légale, elles sont un simple regroupement de personnes qui pratiquent une activité commune.

Ces associations de fait ne sont pas une « personne morale » et n’ont par exemple pas le droit d’ouvrir un compte en banque. Difficile aussi, dans ces conditions d’obtenir des subventions, des locaux pour se réunir, etc.

 

Les associations déclarées

 

Les associations déclarées sont par conséquent la forme la plus courante : elles ont déposé leurs statuts, peuvent se gérer financièrement, employer du personnel rémunérer et défendre leurs intérêts en justice.

A ces deux exemples, ajoutons les associations agréées (qui ont comme leur nom l’indique reçu l’agrément d’une autorité administrative) et les associations reconnues d’utilité publique, comme les associations caritatives par exemple. Les étudiants qui créent une épicerie solidaire peuvent par exemple bénéficier de ce statut.

 

Créer sa propre association

 

Vous ne trouvez pas vos centres d’intérêts dans la liste des associations existantes, ou vous nourrissez un projet particulier qui exige sa propre structure ? Rien ne vous empêche de créer votre association. Ce n’est pas si compliqué, même s’il vaut mieux ne pas être effarouché par la paperasserie.

Commencez par réunir entre trois et sept personnes intéressées et âgées de plus de 16 ans, puis définissez les objectifs de votre future association. Le minimum de trois personnes correspond aux membres du bureau qui doivent obligatoirement figurer dans la déclaration de constitution de l’association : un président, un trésorier, un secrétaire.

La partie la plus ardue est ensuite la rédaction des statuts, qui doivent contenir de nombreuses informations comme le titre, l’objet et la durée, les conditions d’admission et de radiation des membres, les sources de financement… Vous trouverez sur internet de multiples modèles de statuts associatifs, qui vous simplifieront grandement la tâche.

Ces statuts vous seront nécessaire pour entreprendre la démarche de création d’une association, de même que deux formulaires Cerfa, le 13973*03 pour la déclaration de création et le 13971*03 pour la liste des personnes qui administrent votre future organisation. S’il fallait auparavant se déplacer en préfecture pour déposer le dossier, les démarches de création se font désormais en ligne, via un site dédié. Autre bonne nouvelle, elles sont gratuites depuis 2020, en particulier une dernière étape incontournable, la publication au JOAFE, le Journal officiel des associations.

Bon plan !
Si vous avez un projet qui a pour but d’améliorer les conditions de vie des étudiants, participez à l’appel à projets l’Agitateur de la Fondation SMERRA. Chaque année, ce concours récompense plusieurs projets d’étudiants en les accompagnant dans la réalisation de leurs idées. Restez connectés sur https://fondationsmerra.org/ pour suivre la prochaine édition !