Partir à l’étranger lorsque l’on est étudiant : oui mais comment ?

S’immerger dans une autre culture reste le meilleur moyen de satisfaire sa curiosité, de s’enrichir personnellement et bien sûr de maîtriser une langue étrangère. Vous êtes étudiant et vous rêvez de faire vos valises pour un autre pays ? Savez-vous quelles solutions s’offrent à vous, pour un séjour de quelques semaines ou d’une année ? Partir à l’étranger ne s’improvise pas, on vous donne quelques pistes.

 

Séjour linguistique ou année universitaire : choisissez votre option

Dans quel cadre voulez-vous partir à l’étranger, et pour combien de temps ? C’est la première question qu’il convient de se poser, outre bien entendu le choix de la destination ! Êtes-vous prêt(e) à vous éloigner de votre famille, de vos amis, de votre environnement pendant de longs mois ?
En tant qu’étudiant, différentes solutions s’offrent à vous, selon les réponses que vous apportez à ces questions. Vous pouvez en effet partir à l’étranger dans le cadre :
• D’un séjour linguistique
• D’échanges universitaires
• D’un stage
• D’une année de césure
Regardons ces options d’un peu plus près…

 

Zoom sur les séjours courts

Les séjours linguistiques et les stages se déroulent sur quelques semaines, vous ne vous envolez pas pour une année complète. Plutôt rassurant quand on n’a pas l’âme trop aventurière…
De nombreux organismes proposent des séjours linguistiques, vous pouvez en profiter lors de vacances ou d’une coupure dans vos études. La meilleure solution pour bénéficier de l’immersion dans la culture locale, quel que soit votre pays de prédilection, reste cependant le séjour en famille d’accueil.
Trouver un stage à l’étranger est plus délicat, notamment en termes de recherche. Deux programmes peuvent vous aider : Erasmus + et Eurodyssée, tout au moins pour un stage dans certaines régions d’Europe.
Attention, ces deux solutions ne sont pas gratuites ! Même si vous percevez une indemnisation pour votre stage, elle ne vous permettra sans doute pas de couvrir les frais de voyage, d’hébergement, de nourriture… Prévoyez un budget en conséquence.

 

Partir en Europe avec Erasmus +

Des dizaines de milliers d’étudiants profitent chaque année du programme Erasmus +, pourquoi pas vous ? Que vous poursuiviez vos études supérieures dans une université, une école, un institut, un conservatoire ou même un lycée dans le cadre d’un BTS, vous pouvez profiter de ce programme pour votre « séjour de mobilité » : une période d’études à l’étranger qui s’intègrera dans votre cursus.
Erasmus + vous donne ainsi la possibilité de partir étudier pour un semestre ou pour une année dans les pays membres de l’Union européenne ainsi que la Macédoine du Nord, l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Turquie, la Serbie. Et depuis 2021, dans le monde entier pour le secteur de l’enseignement et la formation professionnels.…

La seule condition pour choisir le pays est la localisation des établissements partenaires de votre propre université ou école.
Côté finances, les frais de scolarité sont pris en charge et vous bénéficiez d’une bourse de l’Union européenne de 200 à 600€ par mois, en fonction du coût de la vie dans votre pays de destination.

 

Etats-Unis, Chine ou Canada : profitez des partenariats

Vous souhaitez dépasser les frontières du vieux continent et vous envoler vers des horizons plus lointains ? La réalisation de votre projet dépend pour beaucoup de votre cursus. Vous aurez ainsi davantage de chances si vous étudiez dans une école d’ingénieurs ou de management, en raison une fois encore des partenariats signés entre les établissements du monde entier. Certaines grandes écoles vont même plus loin, avec des campus délocalisés aux quatre coins du globe.

Si vous étudiez dans un autre cadre, rassurez-vous, rien n’est perdu ! Des accords signés par la France ont en effet débouché sur différents programmes vous permettant des études à l’étranger. Ainsi le programme québécois d’échanges étudiants, le programme d’échanges TASSEP pour les étudiants en sciences qui ambitionnent le Canada ou les Etats-Unis, ou bien encore la MICEFA pour les étudiants franciliens.

 

Une année de break, c’est possible aussi

On appelle ça un « gap year », littéralement année de césure. Elle exige que vous demandiez à votre établissement une suspension de votre cursus pour un an – ou seulement pour un semestre. Alors vous arrêtez un temps vos études et vous partez à l’aventure ! Il ne s’agit pas de faire le tour du monde en solo et sac au dos (quoi que…), vous avez là encore des opportunités pour vous installer quelques mois à l’étranger.

Il vous faut bien mûrir votre projet et vos objectifs, car différentes portes s’ouvrent devant vous :• Du bénévolat sur des chantiers internationaux (renseignez-vous par exemple auprès de Solidarités Jeunesses)
• Un service civique international, d’une durée de six mois à un an
• Le Corps européen de solidarité pour une mission de volontariat, un stage ou un emploi
• Le Volontariat international en entreprise (VIE) ou en administration (VIA)
Si vous ne souhaitez pas intégrer l’un de ces programmes, mais que vous désirez tout de même subvenir à vos besoins une fois sur place, sachez enfin que la France a signé des accords de visas vacances-travail avec 14 pays hors UE, vous autorisant à effectuer des « petits boulots ». Il ne vous reste plus qu’à choisir entre le Japon, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, le Canada, la Corée du Sud, la Russie, l'Argentine, le Brésil, Hong Kong, le Chili, la Colombie, Taïwan, l'Uruguay et le Mexique.

 

Vos soins à l’étranger couverts dès 27 € par mois avec la SMERRA
Vous prévoyez un séjour à l’étranger ? Vous êtes couvert par la Sécurité sociale mais les tarifs de soins dans votre pays d’accueil peuvent être largement supérieurs à ceux pratiqués en France. La différence reste à votre charge et peut être très importante !
LE PACK MONDE ET LE PACK EUROPE REMBOURSENT VOS FRAIS DÈS 27€/MOIS.
Plus d’infos ici >